La maladie Coronavirus, qu'est ce que cest ?

La maladie Covid-19 Coronavirus

Anxiété, stress
Les conséquences psychologiques du coronavirus peuvent être grave :

Savez-vous pourquoi les chaines de télévisions ont pris pour habitude de programmer des sujets angoissants en deuxième partie de soirée, et cela depuis bien longtemps ? La principale raison est de vous maintenir en éveil. L’angoisse, l’anxiété, le stress, autant de stimulis qui vous maintiennent en état d’alerte. Moyen idéal pour les médias de nous maintenir devant nos écrans, et donc devant les divers spots publicitaires. Reculer son heure de coucher, c’est perdre en temps de sommeil et diminuer son temps de récupération. Une fatigue chronique peut alors s’installer et diminuer nos capacités à faire face mentalement. C’est alors que peut se déclencher un effet domino avec des conséquences négatives sur notre santé. L’occident vit sa première épidémie de masse. Epidémie d’ailleurs requalifié par l’OMS en pandémie le 12 mars dernier. Le choc de cette annonce a été vécu comme un véritable séisme. Une situation inédite à laquelle se sont rajoutées les mesures de confinement prises le 16 mars par Emmanuel Macron. Nous avons alors, tous été impactés par de très nombreux changements dans notre quotidien. Vie familiale, sociale, professionnelle, c’est l’ensemble de notre structure de vie qui a été impactée. Diminution de nos interactions par la distanciation sociale, diminution de notre activité physique, tout cela à un impact direct sur notre santé psychique et physique.

Quels sont les conséquences et les risques du confinement ?

Comme dans toute situation qui nous soumet à un stress psychologique, nous ne sommes pas égaux quant à notre capacité à gérer nos émotions. Un des premiers effets de l’isolement, même au sein d’une cellule familiale unie, est le recentrage autour de soi et des siens. Une situation qui, paradoxalement, peut être vécue difficilement tant nous avons pris l’habitude d’aller vite, de consommer du loisir à défaut d’oisiveté. Ce changement radical de paradigme nécessite un temps d’adaptation qui peut perturber tout un chacun. Il n’y a aucun étonnement à se sentir perdu dans un environnement que vous ne connaissez pas. Rires nerveux, pleurs, agitation, humeur instable, nos réactions sont variables, individuelles et propres à chacun. Les ruminations anxieuses peuvent alors prendre beaucoup de place et consommer beaucoup d’énergie. Cela engendre une fatigue émotionnelle, des troubles du sommeil, alimentés par des préoccupations permanente concernant l’avenir. Cette altération du jugement engendre fatalement une peur irrationnelle des autres, voire une tendance marquée à l’hypocondrie qui peut se révéler très invalidante pour certaines personnes.

Différence entre normal et pathologique ?

Chaque situation de stress nous confronte à nos seuils de tolérance. Ces seuils sont très variables d’un individu à un autre. On peut d’ailleurs modéliser ces limites par un seuil bas, dépressif, et un seuil haut, maniaque. Rester entre ses seuils, c’est maîtriser la situation, malgré des sentiments variables, oscillant entre optimisme et coup de blues. Nous sommes fait de ce va et vient permanent. Chaque creux engendre un haut et chaque haut engendre un creux. C’est une lois d’équilibre naturelle. L’être humain doit en grande partie sa survie à son héritage reptilien. Au cours de son histoire, il a fallu éviter de très nombreux dangers. Les signaux négatifs, perçus comme nuisibles pour sa survie ont pris le dessus naturellement sur les signaux positifs qui eux ne représentent pas de danger. Le bruit ou l’odeur d’un ours a rapidement pris le pas sur le doux bruit de l’écoulement de l’eau. C’est tout cet héritage néandertalien qui nous joue des tours encore aujourd’hui, et certainement aussi nous pousse à de bonnes conduites pour nous préserver de nombreux dangers, il faut l’accepter. La peur est donc un mécanisme naturel, nécessaire à notre espèce. Si elle n’évite pas le danger, elle nous pousse à l'éviter.

Mon état actuel est-il pathologique ? Ai-je besoin d’aide ?

Si la situation actuelle engendre une peur tout à fait compréhensible. Il se peut que malgré tout, vos seuils de tolérance soient dépassés. Au-delà de ces seuils se situe le pathologique. La peur a pris le pas sur vous, et le stress qui en découle vous paralyse dans votre quotidien qui s’en retrouve lourdement affecté.

Quels sont les signes qui doivent vous alerter :

  • Vous vous couchez de plus en plus tard.
  • Vous vous réveillez souvent la nuit, vous avez du mal à vous rendormir.
  • Le matin vous vous réveillez fatigué, malgré un temps de sommeil conséquent.
  • Vous avez perdu l’apétit, vous avez perdu l’envie de faire à manger.
  • Vous sentez une perte de motivation pour les tâches simples du quotidien.
  • Vous ressentez une forte émotivité pour des choses quelconques, vous pleurez plus régulièrement que d’habitude.
  • Vous avez du mal à évoquer un autre sujet que le confinement avec votre entourage.
  • Vous êtes convaincu d’être malade sans avoir de symptômes du coronavirus, et vous avez peur pour vous et vos proches.
  • Vous êtes irritables avec votre entourage, vous ne maîtrisez pas vos émotions.
  • Vous n’arrivez plus à vous projeter sur l’avenir.

Une prise en charge psychologique est indispensable si vous vous reconnaissez dans ces symptômes. Vous avez surement besoin d’aide pour surmonter ces répercussions sur votre mental, vous n’avez pas à culpabiliser. La quarantaine est une expérience potentiellement traumatisante et, comme tout trauma, les symptômes peuvent se manifester à distance, des mois ou des années plus tard sous forme de flashbacks, d’attaques de panique, d’état pathologique d’alerte ou de vigilance. C’est le syndrome de stress post traumatique. Il faut alors agir pour vous, ou pour vos proches. Il ne faut pas hésiter à consulter un spécialiste, même dans le doute. Cela ne pourra qu’être bénéfique.

Comment je peux lutter contre le contexte de psychose généralisé ?

Nous vous conseillons de continuer à vous informer, sans changer vos habitudes, ni plus, ni moins. Conservez vos rituels quotidiens, forger un cadre rassurant pour vous et pour votre entourage. Ne faites pas l’autruche mais ne passez vos journées devant des chaines d’informations continues. Faites du tri dans les sources d’informations, méfiez vous des fake news qui pullulent sur les réseaux, ne lésinez pas sur le fact checking. Transformez ce moment de confinement en un recentrage sur vos projets, vos idées, vos envies qui ne demanderont qu’à éclore une fois la quarantaine terminée. En résumé, prenez soins de vous.

Nos partenaires ;)

image image image image

Ils parlent de nous :)

image image image image image image image image image